Pour un métier d'agent de sécurité!

Pour un métier d’agent de sécurité

En même temps que le lancement de la pétition 1589 (toujours ouverte à signature jusqu’au 25 juin 2020), nous avions déposé la pétition 1590: Création du métier d’agent de sécurité, dont voici le texte:

Pour un métier d'agent de sécurité!
Pour un métier d’agent de sécurité!

>
“Intitulé de la pétition: Création du métier d’agent de sécurité
But de la pétition: Création du métier d’agent de sécurité avec une formation diplômante avec reconnaissance et valorisation des acquis d’expérience. Il s’agit de créer un cadre légal concernant notamment les points suivants :

A) Durée du travail
I) Limitation de la durée de travail journalière à 10 heures maximum en tenant compte du niveau de vigilance et des conditions de travail particulières propres au métier.
II) Prestation maximale de 48 heures par semaine avec une garantie de repos subséquent de deux jours, particulièrement au vu du fait que la plupart des agents travaillent en trois postes. Dans ce contexte, la définition de la semaine de travail du lundi au dimanche ne fait plus de sens et devrait disparaître. Ainsi, les 48 heures de travail consécutives commencent à compter à partir de la dernière reprise de travail.
III) Abolition du travail sur 7 jours consécutifs pour des raisons de santé et de sécurité évidentes pour les agents et pour leur entourage.
IV) Abolition de la limite de 192 heures de travail par mois comme définition du temps de travail normal.
V) Abolition de la période de référence de 12 mois qui empêche les salariés travaillant plus d’avoir plus de salaire puisque les heures travaillées au-delà de la moyenne sont compensées, sans suppléments, par des jours de repos imposés par l’employeur.

B) Permanences/ astreintes
Mise en place d’un système de disponibilité viable tenant compte des limites et dispositions légales

C) Statut spécifique pour les convoyeurs de fonds
L’idée est de mieux protéger ces agents particuliers qui sont exposés à un risque accru du fait de la spécificité de leur métier. Cette spécificité doit être reconnue, protégée et valorisée.

Motivation de l’intérêt général de la pétition: Création d’un métier, reconnu essentiel, tenant compte des spécificités et des réalités des diverses activités regroupées sous le terme d’ « agent de sécurité ». ”

— https://chd.lu/wps/portal/public/Accueil/TravailALaChambre/Petitions/RoleDesPetitions?action=doPetitionDetail&id=2014

Vous pouvez signer la pétition ici: https://chd.lu/wps/portal/public/Accueil/TravailALaChambre/Petitions/SignerPetition?action=doPetitionSignature&id=2014

Pour ce qui est de notre motivation à déposer cette pétition, c’est d’attirer l’attention de l’opinion publique sur un métier qui n’a jamais eu la reconnaissance qu’il mérite à nos yeux. Nous vous laissons réfléchir tout seuls à la question du “pourquoi”!

L’heure est venue de sortir de l’ombre et d’étaler au grand jour toutes les spécificités d’un métier méconnu par le grand public. Un métier qui a ses spécificités propres. Un métier aux facettes multiples. Tels les informaticiens ou les médecins par exemple, les “agents de sécurité” ne désignent que la surface du métier et ne rendent pas compte des multiples subdivisions et spécialités de la profession. A tel point que le temps est venu de réclamer un métier reconnu en tant que tel.

Pourquoi maintenant? Parce que pendant la crise sanitaire, le métier non existant d’agent de sécurité a été qualifié de métier essentiel pour le pays par un Règlement grand-ducal.

Pourquoi pas avant?

Nous ne dirons qu’une chose: l’heure n’est pas aux discussions de qui a commencé quoi et fait ou ne pas fait quoi que ce soit. La question est: “que puis-je faire moi, agent de sécurité, premier concerné”. Vous avez l’instrument entre vos main. Vous pouvez signer la pétition et faire en sorte que votre cause soit plaidée en public, en présence du Ministre du Travail au sein de la Commissions des pétitions de la Chambre des Députés (Parlement).

Au lieu de râler et de chercher toujours la faute chez les autres, voici l’occasion de prendre les choses en main, qui plus est, anonymement, si le courage d’afficher le nom venait à défaillir.

Comme il y a quelque 4000 agents qui travaillent dans le secteur, il devrait y avoir au moins 8000 signatures, puisque tous devraient avoir intérêt à signer et connaître au moins une personne dans leur entourage qui soutient leur cause.

Ne pas s’unir, c’est ne pas vouloir une métier d’agent de sécurité.

Ne pas s’unir maintenant pour la cause serait une erreur dont le secteur ne se relèvera pas. Posez-vous la question de savoir quelle message cela enverra aux patrons si les agents ne bougent même pas leur doigt pour faire un clic de souris afin qu’ils voient la création d’un métier qui tienne compte des spécificités de leur activité. Cela vous affaiblira et renforcera les employeurs qui ont déjà des avantages disproportionnés, voire illégaux, concédés par la convention collective. Des avantages qu’ils croient devoir encore outrepasser sans que les “partenaires contractuels” ne voient la nécessité de les stopper!

Quoi que disent les esprits brouillés, les médisants, les éternels râleurs, les pessimistes, les saboteurs, les vendus: ces pétitions sont un moyen de pression phénoménal et votre ticket vers plus d’auto-détermination et d’émancipation! Il n’y a qu’à signer pour voir où cela mènera.

Les points soumis à discussion sont très clairs et la Commission des pétitions a d’ores et déjà pris une position très intéressante. Nous y reviendrons au moment approprié. Rappelons qu’il s’agit d’une représentation du pouvoir législatif du Luxembourg, donc des personnes élues pour voter les lois!

Les règles sont les mêmes que pour la pétition 1589, réclamant une prime de reconnaissance de 300€ net par mois de crise par agent de sécurité que vous pouvez encore signer ici:

https://chd.lu/wps/portal/public/Accueil/TravailALaChambre/Petitions/SignerPetition?action=doPetitionSignature&id=2013

  • être âgé de 15 ans au moins

  • avoir un numéro de sécurité sociale actif au Luxembourg (résidents et non-résidents)

Rappelons que c’est pour la cause, la vôtre, que vous signez. Votre cause est au-delà des couleurs, idéologies et lavages de cerveau syndicaux!

Alors, comme pour les mariages: si vous avez quelque chose à dire, dites-le maintenant, sinon taisez-vous à jamais!